La Merveilleuse

Édito

Bonjours à tous et bienvenus dans cette première édition de la Merveilleuse! Lectrices et lecteurs préparez vos cortex car les arcticles de la Merveilleuse prètent à réflexion et, bien souvent, vous laisserons songeur...

Aujourd'hui soyez aux premières loges pour en apprendre plus sur des découvertes passées à l'as dans nombres de magazines soit disant scientifique. Mais soyons clair, aucun journal se prétendant scientifique n'aurait dû passer à côté d'une seule de ces parutions scientifiques. Mais trêve de tergiversation, il est temps pour vous de rattraper votre retard sur l'actualité scientifique.

Les avancées sans écho

Botanique, le 28 juillet 2015

Du gingembre à 3500m de fond

Lors d'une descente en scaphandre dans la fosse trans-atlantique, Fabien Van Delbuch, spécialiste en flore sous-marine, observe une algue qui lui est inconnue. Il n'est pas rare de découvrir de nouvelles espèces car les milieux sous-marins sont encore peu explorés. Mais cette algue n'avait pas une forme habituelle. Cette algue n'en était pas une puisqu'il s'agissait de gingembre! Du gingembre en provenance d'un champ sous-marin.

Gingembre Marin

Après avoir remonté le gingembre, Van Delbuch, rapporta sa découverte au professeur Grimbert. Celui-ci s'empressa de mettre en place une batterie de tests pour comprendre comment le gingembre pouvait vivre sous l'eau. La conclusion est époustouflante : Le gingembre est une plante amphibie qui pousse jusqu'à 3 fois plus vite sous l'eau mais y est aussi en moyenne 3 fois plus petite que sur terre. Van Delbuch déclarera : Cette découverte nous prouve une fois de plus que nous avons encore beaucoup de choses que nous ignorons sur des plantes dont nous pensions pourtant tout savoir. Le professeur Grimbert n'a, quant à lui, fait aucune déclaration à la suite de la publication de ses résultats.

Médecine, le 29 juillet 2015

Les centenaires de Pâques

Il y a huit mois, le navigateur James Konerg a remarqué le grand âge des habitants de l'île de Pâques. En effet, en moyenne les habitants vivent 134 ans et ne semblent vieillir qu'à partir de 60 ans. Le chimiste Ivan Glane s'est penché sur l'affaire. Après 5 mois de recherche, il a réussi à déterminer la cause de leur grand âge : Après avoir écarté les causes alimentaires, il s'est interéssé aux Moaïs qui, d'après un mythe local, garantiraient jeunesse et longévité.

Les Moaïs

Glane les étudia un mois durant et fit la déclaration suivante : Les Moaïs dégagent un champ magnétique très puissant qui stimule une région du cerveau responsable de la sécrétion d'une hormone jouant un rôle clé dans la régénération cellulaire, ce qui explique le ralentissement de la vieillesse. Le docteur Jim Kamou a pris la suite des recherches pour comprendre pourquoi les Moaïs dégagent un tel champ. On vous tiendra au courant dans une prochaine publication.

Environnement, le 17 avril 2014

La decouverte du docteur Eachcoq

Alors que depuis plusieurs années nous entassons des déchets nucléaires dans des centres spécialisés ou bien dans les eaux profondes, nous ignorions la manne que nous détenions. En effet, le docteur Eachcoq y voit maintenant une source d'énergie incroyable: Il a mis au point un processus relativement court (17min 34s) durant lequel il affirme, avec 15 grammes de dechets, pouvoir produire suffisament d'énergie pour alimenter Manhattan durant 3 heures tout en ne rejettant que... de l'eau!

Déchets nucléaires

C'est assurément une avancée majeure dans le traitement des déchets, affirme le chercheur, car nous pourrions, grâce à d'autre avancées de ce type, permettre de régler à l'avenir le problème de gestion des déchets à plus grande échelle. Pour autant il reste à attendre quelques années avant que son processus, encore gardé secret, ne soit démocratisé, d'autant qu'il reste visiblement quelques points noirs notamment au niveau des coûts qui risquent d'être élevés. J'espère en tout cas faire prendre conscience que nos déchets, aujourdui une entrave, sont aussi une source d'énergie.